Scroll to top

Red Flags in DR Congo’s Electoral Process: Time for Consequences

No comments

Red Flags in DR Congo’s Electoral Process: Time for Consequences

Posted by Enough Team on March 8, 2018

Pour la version francaise, voir ci-dessous

Although the government of the Democratic Republic of Congo promised to hold elections by the end of this year, there are strong warning signs that a credible democratic transition is at risk. Now is a key moment for the United States, African states, and Europe to influence that process and get the country back on track. In its 58-year history, the Democratic Republic of the Congo has yet to have a peaceful transfer of power through democratic elections. Current President Joseph Kabila’s term of office expired in December 2016, but his government has repeatedly failed to hold elections. Each time the Kabila administration delays elections, it trots out a smoke screen of technical excuses, and some of these are the government’s own making. The true reason Congo has not held elections is lack of political will – because the will rests principally with the financial interests of those in power.

In October 2017, U.S. Ambassador to the United Nations Nikki Haley met with Kabila and delivered a clear message – hold elections in 2018 or face consequences. Following Haley’s visit, the national electoral commission (CENI) published an electoral calendar. However, in the nearly four months since, the CENI has shown itself to be up to old tricks.

The CENI’s new proposal to use electronic voting machines is a worrisome red flag in an electoral process already characterized by violent repression and delays. The CENI states that using this technology will save time and money by reducing costs. However, Congolese and international electoral experts strongly question the use of the machines due to lack of budget transparency, logistical impracticality, and risk of data tampering . Opposition and civil society express deep mistrust in the CENI’s ability to manage this technology, with some stating that they fear the government will use the technology to perpetrate mass electoral fraud. Other groups express concerns that the government will use hiccups in implementation as an excuse for further delays.

During a February U.N. Security Council meeting, Rushdi Nackerdien of the International Foundation for Electoral Systems stated that the CENI’s current strategy leaves no room for error: “On a single day it is proposed that roughly 106,000 machines must work flawlessly across 90,000 polling stations.” Mr. Nackerdien added that the CENI has not taken steps to test or deploy electronic voting technology. Indeed, several machines malfunctioned own during test demonstrations in Congo. Jeune Afrique reported that the machines currently only function in French and not in any other local languages.

Donatien Nshole of Congo’s National Episcopal Conference of Catholic Bishops (CENCO) expressed concern that the technology will further exacerbate popular mistrust in an already tense environment, stating, “We are perplexed about the … voting machine project launched by the CENI that does not … reassure the population. This will lead to contestation of elections results.”

Moreover, there is the question of cost – and who will benefit from the awarding of a lucrative contract. According to the electoral budget released by the CENI in December 2017, the total cost for provision of electronic voting machines is approximately $150 million. The CENI has not produced a budget estimate for the use of paper ballots as a point of comparison, making it impossible to assess its cost saving argument. There has been no public bidding process for the contract.

During the U.N. briefing, Ambassador Haley frankly stated, “The U.S. has no appetite to support an electronic voting system,” and called for the use of paper ballots, “so there is no question by the Congolese people about the results.” In response, the CENI President Corneille Nangaa stated that if the CENI does not use this controversial technology, there will be further election delays.

This argument might work if we hadn’t heard a very similar one in 2015, 2016, and 2017. If only the international community gave us more money, we could hold elections. If only voter registration was not so complex, we could hold elections. Rinse and repeat. Meanwhile, the government ratchets up violent repression of protests and civilians die attempting to exercise their basic rights of freedom of expression. CENCO reported that security forces crackdowns during February 25 peaceful protests resulted in two dead, 32 wounded and 76 detentions.

There must be consequences for the Congolese government’s failure to meet key benchmarks for a credible democratic transition. The government of the DRC has already failed to meet key benchmarks set by the December 31 San Sylvestre agreement, DRC constitution, and the CENI itself. The government’s ban on protests and repeated shutdowns of social media, the killing of protestors, continued criminal charges against activists and political figures in exile, the non-release of many political prisoners, lack of transparency in the electoral budget, and Kabila’s failure to publicly declare that he will not stand for an illegal third term indicate that the process is in serious danger.

Ambassador Haley’s engagement and U.S. and European pressure, including several rounds of targeted sanctions on Congolese officials and against Kabila’s business partner and business tycoon Dan Gertler, are positive indicators that the international community is capable of hardening its stance toward the Kabila government.

However, much stronger consequences for failure to meet electoral benchmarks are needed to move the Kabila government toward a credible democratic transition. First, the U.S. and European Union should enact immediate additional sanctions on individuals in Kabila’s inner circle of business and financial networks, including their international partners. These sanctions should be accompanied by anti-money laundering measures against banks involved in illicit activity, visa bans, and enforcement actions against already listed individuals, as well as “derivative sanctions” that name additional companies and associates of those previously targeted.

The international community should also press for full transparency in the CENI’s budget and public tender process, CENI must ensure access for civil society groups to the provisional voter list for the purposes of conducting a citizen’s audit and increasing public confidence in the integrity of the process. Finally – and critically – the CENI should abandon the use of controversial and divisive voting machines.

These actions should combine with consistent public messaging that Kabila must follow through on the promises he has made or risk even further alienation.

The international community should not wait to take action – it is critical to do so now in order to influence the window to hold a credible democratic transition. So long as it’s profitable for Kabila and his senior associates to remain in power, they will stay there.

December 2018 represents the first opportunity for a peaceful transfer of power through democratic elections for the Congolese people. They have a right to a credible democratic transition and a real chance at peace.

Photo Credit: MONUSCO/Myriam Asmani

Le processus électoral au Congo est menacé : il est temps d’intervenir

En dépit de la promesse faite par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) de tenir des élections d’ici la fin de l’année, d’importants signes avant-coureurs font craindre qu’une vraie transition démocratique n’ait pas lieu. En ce moment décisif, les États-Unis, l’Afrique et l’Europe doivent user de leur influence et remettre le Congo sur les rails. Depuis sa création il y a 58 ans, le pays n’a jamais connu de transfert pacifique du pouvoir à la suite d’élections démocratiques. Le mandat de l’actuel président, M. Joseph Kabila, a pris fin en décembre 2016, mais son gouvernement a reporté les élections à plusieurs reprises en créant un écran de fumée constitué d’excuses techniques dont certaines sont inventées de toutes pièces. La vraie raison expliquant l’absence d’élections relève du manque de volonté politique, qui est tributaire des intérêts financiers des détenteurs du pouvoir.

En octobre 2017, l’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Mme Nikki Haley, a rencontré M. Kabila et lui a transmis un message clair : si des élections n’ont pas lieu en 2018, il devra en supporter les conséquences. À la suite de la visite de Mme Haley, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rendu public un calendrier électoral. Cependant, près de quatre mois se sont écoulés depuis et la CENI recourt aux mêmes vieux stratagèmes.

Sa récente proposition d’utiliser des machines à voter électroniques envoie un signal d’alarme inquiétant dans le contexte d’un processus électoral déjà marqué par une répression violente et des retards. D’après la CENI, cette technologie permettrait d’économiser du temps et de l’argent, en réduisant les coûts. Mais les experts électoraux congolais et internationaux, relevant le manque de transparence budgétaire, les difficultés logistiques et le risque de manipulation des données, remettent fortement en question l’utilisation de cet équipement. Quant à l’opposition et à la société civile, elles se méfient profondément de la capacité de la CENI à gérer cette technologie. Certains vont même jusqu’à craindre que le gouvernement ne s’en serve pour commettre une fraude électorale massive. D’autres groupes redoutent que l’exécutif profite des problèmes de mise en œuvre pour repousser à nouveau les élections.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies en février, M. Rushdi Nackerdien de l’International Foundation for Electoral Systems a déclaré que la stratégie actuelle de la CENI ne prévoyait aucune marge d’erreur : « Au cours d’une seule journée, environ 106 000 machines, installées dans 90 000 bureaux de vote, doivent fonctionner à la perfection. » Il a ajouté que la CENI n’avait pris aucune mesure pour tester ou déployer le système électronique de vote. De fait, on a déjà relevé plusieurs défaillances pendant les tests de démonstration. Jeune Afrique signale en outre que les machines ne fonctionnent actuellement qu’en français, ignorant les autres langues nationales.

L’abbé Donatien Nshole de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) craint que la technologie n’exacerbe la méfiance de la population et aggrave une situation déjà tendue. « Nous sommes perplexes du fait de … la machine à voter lancée par la CENI qui … ne rassure pas la population. Ce qui augure la contestation des résultats des élections. »

Un autre sujet sensible est le coût du projet et l’octroi d’un marché juteux. D’après le budget électoral annoncé par la CENI en décembre 2017, la fourniture des machines à voter électroniques aura un coût total approximatif de 150 millions de dollars. La CENI n’ayant divulgué aucune estimation budgétaire concernant l’utilisation de bulletins de vote en papier, il est impossible de comparer les deux méthodes et d’évaluer l’économie suggérée. Par ailleurs, le contrat n’a fait l’objet d’aucun appel d’offres public.

Pendant la réunion d’information des Nations Unies, Mme Haley a déclaré ouvertement que « les États-Unis n’étaient pas disposés à cautionner un système de vote électronique » et a appelé le gouvernement congolais à utiliser des bulletins de vote en papier, « de sorte que la population congolaise ne remette pas en question les résultats ». En réponse, le président de la CENI, M. Corneille Nangaa, a affirmé que si cette technologie controversée n’était pas utilisée, les élections seraient une nouvelle fois repoussées.

On serait tenté de croire à ces paroles si des excuses similaires n’avaient pas déjà été avancées en 2015, en 2016 et en 2017. Par exemple, si seulement la communauté internationale nous versait plus d’argent, nous pourrions organiser des élections ; si seulement l’enregistrement des votes était moins complexe, nous pourrions organiser des élections. Et ainsi de suite. Pendant ce temps, le gouvernement durcit la répression des manifestations et des civils meurent en tentant d’exercer leur droit élémentaire à la liberté d’expression. D’après la CENCO, l’intervention des forces de sécurité pendant les manifestations pacifiques du 25 février a fait deux morts et trente-deux blessés et a conduit à 76 arrestations.

Le fait que le gouvernement du Congo ne franchisse aucune étape importante sur la voie d’une transition démocratique crédible ne doit pas rester sans conséquences. Il a déjà omis de poser les jalons cruciaux définis par l’accord de la Saint-Sylvestre, la Constitution de la RDC et la CENI elle-même. L’interdiction de manifester, le blocage répété des réseaux sociaux, l’assassinat de manifestants, les actions pénales récurrentes visant les militants et les personnalités politiques en exil, la détention prolongée de nombreux prisonniers politiques, l’opacité du budget électoral et l’attitude de M. Kabila qui s’est abstenu de déclarer publiquement qu’il respecterait la loi et ne briguerait pas un troisième mandat sont autant de menaces pesant gravement sur le processus électoral.

L’engagement de Mme Haley, ainsi que la pression exercée par les États-Unis et l’Europe, dont plusieurs séries de sanctions ciblées à l’égard de fonctionnaires congolais et de M. Dan Gertler, magnat des affaires et partenaire commercial de M. Kabila, sont autant de signes positifs qui montrent que la communauté internationale est capable de durcir sa position face au gouvernement congolais.

Cependant, le manque de progrès vers la tenue d’élections doit faire l’objet de sanctions plus sévères si l’on veut que la transition démocratique se concrétise. Tout d’abord, les États-Unis et l’Union européenne doivent sans tarder adopter de nouvelles sanctions à l’encontre des membres de l’entourage proche du président, issu du monde des affaires et de la finance, et de ses partenaires internationaux. Des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux visant les banques impliquées dans des activités illicites, l’interdiction de visas et des actions répressives à l’encontre des personnes mises à l’index, ainsi que des « sanctions dérivées » affectant leurs partenaires et d’autres sociétés sont également nécessaires.

La communauté internationale doit en outre exiger la transparence totale du budget de la CENI et du processus d’appel d’offres. La CENI doit garantir l’accès des groupes de la société civile aux listes électorales provisoires afin qu’ils puissent réaliser un audit des citoyens et renforcer ainsi la confiance de la population dans l’intégrité du processus. Enfin, et cela est décisif, la CENI doit renoncer à utiliser les machines à voter controversées qui constituent un point de discorde.

Outre ces mesures, des déclarations publiques doivent constamment rappeler que si M. Kabila ne tient pas sa promesse il sera davantage isolé.

La communauté internationale doit agir sans attendre. Il est crucial qu’elle intervienne aujourd’hui pour ouvrir la voie à une transition démocratique crédible. Tant que M. Kabila et ses principaux collaborateurs tireront parti du pouvoir, ils ne l’abandonneront pas.

Pour la première fois, en décembre 2018, le peuple congolais aura la possibilité d’élire démocratiquement son président et d’assister à un transfert pacifique du pouvoir. Il mérite de connaître une transition démocratique digne de ce nom et la paix.