Scroll to top

New UN investigative report reveals failures to tackle the root causes of conflict in CAR

No comments

New UN investigative report reveals failures to tackle the root causes of conflict in CAR

Posted by Nathalia Dukhan on August 23, 2016

Pour la version francaise, voir ci-dessous

The midterm report published last week by the UN Panel of Experts on the Central African Republic (CAR) reveals that the security situation throughout CAR remains concerning. Despite noticeable security improvements following the electoral process in early 2016, an upsurge in violence starting from June 2016 in the capital, Bangui, and in rural areas indicate that the root causes of violence persist.

Persistent insecurity and illicit mining by armed groups

“Armed groups in Bangui maintain a strong, if not heightened capacity as spoilers” according to the report, and some groups have been able to expand their areas of control in rural areas. 

Since January, armed groups and gunmen have been expanding their presence particularly in the eastern and northern regions of the country. The Panel report notes that ex-Seleka factions have been able “to maintain their fighting capacity through illicit arms trafficking from Sudan and DR Congo.” In their areas of control, parallel administration and security services have been put in place by local Seleka commanders. Mining activities have continued to attract militiamen “seeking to loot or establish parallel taxation systems around the mines.”

Despite a lower profile, local Anti-Balaka continue to destabilize communities, particularly in areas where they have pastoral interests. The report indicates that the “competition over racketeering (of pastoralists) is the source of much of the violence perpetrated not only by the Anti-balaka but also the former Seleka factions.” It reveals that economic predation remains a strong motive for violence.

In Bangui, tensions between government forces and a local militia led by Haroun Gaye and Abdoulaye Hissène based in the Muslim area of PK5 led to security incidents reported in June. According to the Panel, “these incidents demonstrated the fragility of current security arrangements and further illustrated armed groups in Bangui maintain a strong, if not heightened, capacity as spoilers and pose a serious challenge to the efforts by the government to promote security.”

A recent example strengthens the conclusions of the Panel. On August 13th, Hissène and 35 heavily armed militiamen forced their way out of Bangui to the north in a convoy of seven vehicles, exchanging fire with government forces. They were later stopped by MINUSCA near Sibut. Seven militiamen were arrested and transferred to Bangui but the leaders escaped, which sparked tensions between the government and MINUSCA. After a seizure at Hissène’s house in PK5, 700 weapons and accompanying ammunition were reportedly found. The convoy’s destination was likely Bria and Kaga-Bandoro where ex-Séléka factions have been recently gathering according to local media reports. On August 18th, Bloomberg then reported that ex-Seleka militias gave the government a two-day deadline to free the seven prisoners, or they would employ “robust actions” in areas under their control.

CAR’s remaining challenges: Remaining armed groups, Reconciliation, Recycling of elites, and the arms embargo

The Panel’s latest report points out some of the major challenges that CAR’s government is currently failing to address.

The failure to negotiate peace deals with armed groups: Despite attempts by the government to promote a dialogue with armed groups, efforts to reach a consensus have failed so far. For President Touadera, disarmament is a precondition for peace talks. But rebel groups, particularly ex-Seleka leaders, want an agreement from the government that their fighters will be integrated into military or government ranks before they agree to disarm. Ex-Seleka is also demanding stronger Muslim representation in political processes. Public declarations made by President Touadera and various political leaders of armed groups, which are published in annex of the UN Panel report, reveal fundamental disagreements between ex-Seleka leaders and the central government.

Lack of reconciliation and political inclusion: In its latest investigation, the Panel found “minimal inclusion of Muslims in the overall State administration” and said that the gap “represents a missed opportunity to send a strong signal of inclusion and reconciliation.” Despite repeated presidential discourses that have presented reconciliation as one of the top priorities, the Panel notes that current political and military elites have shown little interest in reconciliation with the Muslim minority, and still consider Muslims as “foreigners.” The Panel also reports that the marginalization of CAR’s northern and eastern provinces continues to fuel discontent among Ex-Seleka. In the southwest, despite “armed group activity [not affecting] diamond mining,” according to the Panel, “the freedom of movement of Muslim operators is being threatened owing to frequent assaults on returning refugees and internally displaced persons.”

The recycling of Bozize elites and favoritism of Anti-Balaka leaders: The Panel notes that there is a strong feeling that “President Touadera is recycling political elites from the Bozize era.” The report welcomes the fact that the “the President and the Prime Minister excluded armed group leaders from the executive branch of the government” but that government officials have given special treatment to Anti-Balaka militia. The Panel found that “some leaders, notably sanctioned individual Alfred Yekatom, also known as ‘Rombhot’, were elected to the National Assembly.” Last July, Maxime Mokom, a notorious Anti-balaka leader responsible for some of the 2015 violence in the country, was integrated by Ministerial decree in the national Police forces. The Panel also reports that “anti-balaka combatants who formerly served in the national security forces have, de facto, easier access to re-integration” mostly because they continue to be active in areas where State authority is being restored.

The arms embargo debate and lagging Security Sector Reform: The government has repeatedly called for the UN to lift its arms embargo on CAR, though the Panel points out, “it has not submitted a formal request to the Security Council.” Pushing for the lift, government officials have argued that the “embargo perpetuates an imbalance of forces between armed groups and State security forces because armed groups continue to benefit from illicit arms flows.” Lifting the arms embargo would be problematic, particularly considering the chronic abuses and corruption within the CAR National Armed Forces (FACA) and a lack of effective FACA reform to date.

After the October 2015 violence, transitional authorities called upon FACA soldiers to take up their weapons kept at home to quell violence. Reported to operate outside central FACA military command, these ‘irregular FACA units’ started to racket populations and commit abuses at unofficial checkpoints, including the killing of one peacekeeper. To date, these units have not been dismantled and the Panel notes that the structural lack of capacity to maintain and control FACA units in the field is a major challenge.

MINUSCA’s mandate includes assisting the CAR government to develop a security sector reform plan that allows for the integration of a limited number of ex-combatants into state security services. Integration would require an agreement between the government and the armed groups to define eligibility and set up an actual vetting procedure, which has until now not been in place. A process of verification of the FACA is ongoing but not all former FACA, particularly those among ex-Séléka factions or living in areas controlled by the ex-Séléka, have equal chances to register in Bangui. Meanwhile, the few that did register continue to operate in armed group ranks. For instance, among the MPC – one of the ex-Seleka faction – 14 combatants are registered and continue to be paid as members of FACA. The Panel mentions that one registered and verified member of FACA currently serves as Director General of the MPC gendarmerie in Kaga-Bandoro.

Justice and Reconciliation as one way out of the crisis

The Panel’s latest report reminds us that the government and the international community are failing to address the root causes of conflict in the Central African Republic. The lack of consensus between the central government (accused of recycling Bozize’s elites) and armed groups, particularly ex-Seleka factions, could lead them to reunify their forces by temporarily overcoming their rivalries (described by Panel reports since 2014). In order to defuse hostilities, the CAR government will need to seriously consider a change of strategy that should to include, in particular, ending impunity for atrocity crimes, and implementing a comprehensive reconciliation plan that prioritizes political inclusion.



République Centrafricaine : Un récent rapport d’enquête des Nations Unies révèle les échecs à résoudre les causes profondes du conflit

Le rapport de mi-parcours publié la semaine dernière par le Panel d’Experts des Nations Unies sur la République Centrafricaine (RCA) révèle que la situation sécuritaire du pays demeure préoccupante. Malgré des améliorations constatées dans les mois qui ont suivi le processus électoral au début de l’année 2016, de nouvelles vagues de violence à partir du mois de juin dans la capitale, Bangui, et dans les régions rurales indiquent que les causes profondes de la violence n’ont toujours pas été résolues.

Maintien d’un climat d’insécurité et poursuite des trafics de minerais

D’après le rapport d’enquête, « les groupes armés déployés à Bangui ont maintenu une position de force, et ont même été en mesure de renforcer leur capacité de déstabilisation », tandis que les groupes armés déployés dans les zones rurales ont étendu leurs zones de contrôle.

Depuis le mois de Janvier, des groupes armés et des hommes en armes ont étendu leur présence sur le territoire national, en particulier dans les régions du nord et de l’est. Le Panel rapporte que les factions ex. Seleka ont été en mesure de « maintenir leur capacité de combat à travers les trafics d’armes en provenance du Soudan et de la République Démocratique du Congo ». Dans leurs zones de contrôle, des administrations parallèles et des services de sécurité ont été mis en place par des chefs ex. Seleka. Les activités minières ont continué à attirer les milices armées « motivées par une volonté de piller et d’établir un système parallèle de taxes aux alentours des mines ».

Malgré un profil relativement plus bas, des Anti-Balaka continuent de déstabiliser les communautés de manière plus localisée, en particulier dans les zones où les activités de pastoralisme sont développées. Le rapport indique que « la compétition pour le rackette (des pastoralistes) est une source majeure de la violence perpétrée non seulement par les Anti-balaka mais également par les factions ex. Seleka ». Ce constat révèle que la prédation économique justifie pour beaucoup les violences commises par ces groupes armés.

A Bangui, les tensions entre les forces gouvernementales et une milice locale dirigée par Haroun Gaye et Abdoulaye Hissène, basée dans le quartier musulman au PK5, ont débouché sur des incidents au courant du mois du juin. D’après le Panel d’Experts, « ces incidents ont démontré la fragilité des arrangements sécuritaires » et illustrent le fait que les groupes armés déployés à Bangui ont maintenu une position de force, « ce qui pose un défi de taille au gouvernement dans ses efforts de promouvoir la sécurité ».

Un exemple récent renforce les conclusions du Panel d’Experts. Le 13 août dernier, Hissène accompagné de 35 milices lourdement armées ont forcé un barrage à Bangui, au sein d’un convoi de sept véhicules, pour se rendre dans le nord du pays. Des échanges de tirs ont été mentionnés entre forces gouvernementales et milices armées à la sortie de Bangui, mais ce n’est que plus tard que la Minusca a arrêté la progression du convoi aux alentours de Sibut. Sept hommes ont été arrêtés et transférés à Bangui mais les leaders ont pu s’échapper, ce qui a été source d’importantes tensions entre le gouvernement et la Minusca. A la suite d’une saisie au domicile de Hissène au PK5, 700 armes et munitions ont été retrouvées. La destination du convoi serait certainement les villes de Bria et Kaga-Bandoro où, d’après certains medias locaux, des factions ex. Seleka seraient en train de s’y rassembler. Le 18 août, Bloomberg a rapporté que les milices Seleka ont donné un délai de deux jours au gouvernement pour libérer les prisonniers, sinon ils menacent d’employer « des actions robustes » dans les zones sous leur contrôle.

Des défis importants : la question des groupes armés, la réconciliation, le recyclage des élites et l’embargo sur les armes

Le rapport du Panel d’Experts met à jour un ensemble de défis majeurs que le gouvernement actuel semble échouer à résoudre.

L’échec à négocier des accords de paix avec les groupes armés : malgré la volonté affichée de promouvoir un dialogue avec les groupes armés, les efforts visant à atteindre un consensus ont échoué jusqu'à présent. Pour le Président Touadera, le désarmement est une précondition aux pourparlers. Mais pour les groupes armés, en particulier les leaders ex. Seleka, un arrangement avec le gouvernement visant à intégrer les combattants dans l’Armée Nationale et dans le gouvernement doit être préalable à tout désarmement. Les ex. Seleka réclament également une représentation politique plus grande de la minorité musulmane. Plusieurs déclarations publiques réalisées par le Président Touadera et certains leaders des groupes armés, publiées en annexe du rapport, révèlent des désaccords fondamentaux entre les leaders de l’ex. Seleka et le gouvernement central.

Absence de réconciliation et de politique inclusive :  dans son rapport, le Panel dénonce « une inclusion minimale des musulmans au sein de l’appareil étatique » et indique que ce manquement « représente une opportunité ratée qui aurait permis d’envoyer un message politique fort d’inclusion et de réconciliation entre communautés ». Malgré les discours présidentiels qui font de la réconciliation l’une des priorités affichées du gouvernement, le Panel note que parmi les élites politiques et militaires actuelles, il existerait un faible intérêt à promouvoir la réconciliation avec la minorité musulmane, qu’ils continuent de considérer comme des ‘étrangers’. Le Panel note également que la marginalisation des régions du nord et de l’est continue d’alimenter les mécontentements au sein de l’ex. Seleka. Dans le sud-ouest, malgré le fait que « les activités des groupes armés n’affectent pas les mines de diamant », le rapport indique que « la liberté de mouvement et de circulation des opérateurs musulmans est menacée en raison des nombreuses agressions perpétrées sur les refugiés désireux de rentrer en Centrafrique et sur les personnes déplacées ». 

Le recyclage des élites issues du régime de Bozizé et le favoritisme à l’égard des chefs anti-balaka : le Panel note qu’il existe un sentiment fort que « le Président Touadera recycle l’élite politique de l’ère Bozizé ». Le Panel félicite « le Président et le Premier Ministre pour leur décision d’exclure les leaders des groupes armés de la branche exécutive du gouvernement » mais il déplore le fait que le régime actuel accorde un traitement particulier aux milices Anti-balaka. En effet, « certains chefs, notamment Alfred Yekatom aussi connu sous le nom de ‘Rombhot’ et sous sanction de l’ONU, ont été élus à l’Assemblée Nationale. En juillet dernier, Maxime Mokom, un chef Anti-balaka notoire responsable de certaines des violences qui ont secouées le pays en 2015, a été intégré par décret ministériel au sein de la Police nationale. Un autre exemple est le fait que « des milices anti-balaka qui ont servi dans les forces de sécurité nationale par le passé, ont de facto, un accès plus facile au processus de réintégration », notamment du fait qu’elles sont restées active dans les zones où l’autorité de l’État est progressivement restaurée. 

Le débat sur l’embargo sur les armes et la Réforme du Secteur de la Sécurité : le gouvernement a de manière répétée lancé un appel visant à mettre fin à l’embargo sur les armes. Le Panel note cependant que « aucune requête formelle n’a été soumise au Conseil de Sécurité ». D’après les élites politiques, « l’embargo perpétue un déséquilibre des forces entre les forces nationales et les groupes armés puisque ces derniers continuent de bénéficier du commerce illicite des armes ». Toutefois, le Panel considère que la levée de l’embargo représente un enjeu complexe compte tenu des abus commis par les Forces Armées Nationales (FACA) ainsi que le manque, jusqu'à ce jour, de réformes effectives au sein des FACA.

En effet, suite aux violences du mois d’Octobre 2015, les autorités de la transition avaient souhaité que certains soldats conservent leurs armes chez eux. Ces « unités FACA irrégulières », placées hors de la chaine de commande centrale et de la supervision des troupes de la Minusca, avaient permis dans un premier temps de restaurer le calme dans la capitale, mais elles ont rapidement commencé à racketter la population et à commettre des abus à des barrières non-officielles. Pour exemple, un soldat de la Minusca a été tué par l’une de ces unités irrégulières. A ce jour, celles-ci continuent d’opérer. Le Panel indique que le manque structurel de capacité à maintenir et contrôler des unités FACA sur le terrain est en enjeu de taille.

Le mandat de la Minusca inclut une assistance au gouvernement en vue de développer une reforme du secteur de la sécurité qui doit permettre d’intégrer un nombre restreint de combattants au sein des services de l’État. L’intégration suppose un accord visant à définir les critères d’éligibilité et mettre en place une procédure de veto, mais jusqu'à ce jour, ces accords n’existent pas. Un processus de vérification des FACA est en cours mais tous ne jouissent pas de chances égales pour s’enregistrer à Bangui, en particulier ceux issus des factions ex. Seleka ou vivant en zones contrôlées par les ex. Seleka. Toutefois, le peu qui sont enregistrés continuent d’opérer au sein des groupes armés. Par exemple, parmi le MPC – l’une des faction ex. Seleka – 14 combattants sont enregistrés et continuent de recevoir un salaire en tant que soldats FACA. Le Panel donne l’exemple d’un soldat FACA enregistré et qui est actuellement le Directeur Général de la gendarmerie contrôlée par le MPC dans la ville de Kaga-Bandoro.

Justice et Réconciliation, des pistes de sortie de crise

Le rapport du Panel d’Experts de l’ONU nous rappelle que le gouvernement et la communauté internationale échouent à adresser les causes profondes du conflit en République Centrafricaine. Le manque de consensus entre le gouvernement (accusé de recycler l’élite issue du régime de Bozizé) et les groupes armés, risque de déboucher sur une réunification des forces Seleka qui pourrait avoir un effet néfaste durable sur les efforts de paix. Afin de mettre fin aux hostilités, le gouvernement de la RCA devra considérer un changement de stratégie, en incluant notamment deux piliers toujours cruciaux – la fin de l’impunité pour les auteurs de crimes ; et la mise en œuvre d’un plan effectif de cohabitation pacifique entre communautés avec pour objectif la réconciliation, qui passera notamment par une inclusion politique de la minorité musulmane.